FIRMIN-GIRARD au musée

Firmin-Girard est présent dans de nombreux musées en France et à l’étranger. Ses œuvres conservées illustrent les différentes facettes de son travail en même temps que les étapes de sa carrière artistique depuis ses études au sein de l’atelier Gleyre et de l’Ecole des Beaux-Arts où il s’initie à l’art académique, puis lors de ses premiers succès au Salon avec ses scènes de genre et ses japonaiseries, et enfin lorsqu’il se rapproche des mouvements naturalistes,  notamment, dans ses représentations des métiers.

image7

Thétis remettant les armes à Achille pour venger la mort de Patrocle, 1866, épreuve pour le prix de Rome,  conservée au Musée Chintreuil de Pont de Vaux (Ain)

Ses premières œuvres sont conservées dans des musées en province. Ceux de sa région d’origine possèdent des peintures au style académique. La Douleur, étude pour le concours d’expression de 1858 à l’Ecole des Beaux-Arts, se trouve au musée de Chintreuil. Celui-ci conserve aussi deux toiles correspondant à des épreuves pour le prix de Rome, Joseph se fait reconnaître par ses frères pour le concours de 1863 et qui valut à Firmin-Girard la grande médaille d’émulation et Thétis remettant les armes à Achille pour venger la mort de Patrocle  pour le concours de 1865. Une autre épreuve pour celui de 1866, ayant pour sujet Orphée aux enfers, pleurant son Eurydice devant Proserpine et Pluton appartient au musée Paul Dini de Villefranche sur Saône. Par ailleurs, le calque de la toile de 1863 est conservée dans les collections de l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris. Enfin, Le musée de Brou à Bourg-en-Bresse a reçu de l’Etat Le sommeil de Vénus acquis lors du Salon de 1865 et le musée de Narbonne Ulysse et les sirènes.

musee-de-narbonne

Ulysse et les sirènes, 1864, déposé par l’Etat au Musée d’Art et d’Histoire de Narbonne 

Les musées nationaux ont, quant à eux, acheté en 1984 Les convalescents présenté au Salon de 1861. D’abord attribué au Musée du Louvre, il a été affecté au musée d’Orsay. Exposé, dans un premier temps, parmi les naturalistes, il est actuellement présenté avec d’autres toiles dont le thème est lié à la santé.

XIR231755

Un mariage in extremis, 1868, conservé au musée national du château de Compiègne

Un mariage in extremis, acheté par l’Etat lors de son exposition au Salon de 1868, a fait l’objet d’un dépôt au musée de Bourges, puis a été transféré au musée national du château de Compiègne pour rejoindre les collections acquises au cours du Second-Empire.

Charité, présenté au Salon de 1870, est actuellement exposé au Musée national des Beaux-Arts de Rio de Janeiro au Brésil, après être passé entre les mains de collectionneurs privés.

mendiant

Le mendiant, 1870, conservé au Musée d’art de Cleveland

De la même  période date Le mendiant, actuellement conservé au Musée d’art de Cleveland suite à la donation de la collection Noah L.Butkin dont il faisait partie.

IMG2016117192431289397

La toilette japonaise, 1873, conservé au Musée d’art de Ponce, Porto-Rico

La toilette japonaise, qui a valu à Firmin-Girard un de ses premiers grands succès au Salon en 1873, a traversé l’Atlantique suite à son acquisition par un amateur new-yorkais Auguste Belmont qui a eu l’occasion de le présenter dans sa résidence de la cinquième avenue, lors d’expositions organisées en liaison avec le  » Metropolitan Museum de New-York ». Le tableau a rejoint depuis la collection de la Fondation Luis A. Ferré pour être exposé au Musée d’art de Ponce à Porto-Rico. Il a été vu à Paris lors de l’exposition sur le japonisme de 1988.

Surprises par la pluie, datant de 1879, avait été acquis, à l’origine, pour la collection Havenmeyer. Suite à plusieurs changements de propriétaires, « l’American Art Association » qui l’avait reçu de la collection Salter en a fait don en 1895 au « Metropolitan Museum of Art » de New-York qui le conserve aujourd’hui sous le nom de Ladies caught in the rain.

boucherie

Boucherie au Puy, 1875, conservé à l’Atheneum d’Helsinki

Au sein des musées étrangers, Boucherie au Puy  côtoie les peintres finlandais, en particulier Gallen Galella, à  la Galerie Nationale Finlandaise « l’Atheneum » d’Helsinki.

canal Image1

Le canal Saint-Martin, conservé au Musée Carnavalet à Paris

Si le département des arts graphiques du Musée du Louvre possède un dessin au fusain de Firmin-Girard représentant les moutons d’Onival et leur berger provenant du Musée du Luxembourg et le Musée Carnavalet une toile montrant le canal Saint Martin, la plupart des autres œuvres de Firmin-Girard présentes dans des musées français et datant des années 1880 et de celles qui ont suivi se trouvent en province. Elles ont, d’ailleurs, souvent un lien direct avec la région où elles sont conservées.

86T4.png

La pêcheuse de crevettes, conservé au Musée départemental de la vie rurale de Saint-Riquier

Le Musée départemental de la vie rurale de Saint-Riquier en Picardie, à proximité de la Baie de Somme et d’Ault-Onival où Firmin-Girard s’était fait construire une résidence en bord de mer, conserve deux toiles montrant des activités liées à la mer, La pêcheuse de vers et la pêcheuse de crevettes et une toile représentant le menuisier Clément Roy.

menuisier-image1-2

Clément Roy menuisier, conservé au Musée départemental de la vie rurale de Saint-Riquier

Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée de Marseille possède aussi une œuvre de Firmin-Girard acquise récemment, un dessin de l’homme orchestre qui figure dans son tableau le dimanche au Bas-Meudon. 

homme-orchestre

L’homme-orchestre, dessin conservé au MuCEM de Marseille

Le musée du tissage de Charlieu s’est, quant à lui procuré, il y a quelques années avec le soutien du Fonds Régional d’aide aux musées de la région Rhône-Alpes, la tisserande et ses enfants, qui met en scène un atelier de tissage à Charlieu.

 

%d blogueurs aiment cette page :