Actualités

FIRMIN-GIRARD sur la chaîne de télévision ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/074577-000-A/quand-les-impressionnistes-decouvrent-le-japon/

La toilette japonaise de FIRMIN-GIRARD illustre le documentaire d’ARTE présentant le mouvement japoniste qui s’est développé chez les artistes, en particulier, les peintres, dont les impressionnistes, dans les années 1870.

image1

la toilette japonaise

*

Dans les prochaines ventes de Sotheby’s consacrées à l’art européen du XIXème siècle figurent plusieurs tableaux de Firmin-Girard.

Le 22 mai à New-York  sera mise en vente La cascade du Crozet.

Cette œuvre, restée méconnue jusqu’à présent, a pu appartenir à un collectionneur français qui s’en serait séparée lors d’une vente à Drouot en décembre 1876, un tableau dénommé Les lavandeuses du Crozet figurant dans le catalogue de la vente avec des dimensions identiques.

A l’occasion de son mariage avec Sabine Andriot, originaire de Charlieu dans la Haute-Loire, Firmin-Girard découvre la région au cours des nombreux séjours qu’il effectue dans sa belle-famille. Il est particulièrement impressionné par ses richesses naturelles et ses paysages dont les cascades et les torrents qui s’écoulent le long des rivières.  Au cours de ces années 1872-1873, il les peint dans plusieurs scènes, lavandières en contre-bas de la cascade du Crozet, mais aussi lors de promenade familiale au torrent de Villerest.

ces paysages lui servent parfois de décor pour d’autres tableaux. Dans  ses Japonaises au ruisseau, on retrouve la même cascade  dont il a imaginé un petit pont de bois pour l’enjamber.

IMG2016120111937989459

Japonaises au ruisseau

Au bord du Sichon, peint en 1878 au cours des années où il représente des personnages en costume d’époque, a pour décor une autre cascade, celle de l’Ardoisière.

Image11

Au bord du Sichon

Lors de la vente du 24 mai à Londres, trois tableaux de Firmin-Girard seront présents.

La marchande des quatre saisons, peint au cours des années 1910, période au cours de laquelle Firmin-Girard qui séjourne fréquemment à Charlieu témoigne par sa peinture de la vie à la campagne et dans les petites villes, met en scène une marchande ambulante dans une rue de Charlieu interpellant les habitants pour leur vendre ses fruits et légumes de la saison.

Le repas des volailles, peint en 1882, représente une jeune paysanne nourrissant ses volailles.

Après ses grands succès au Salon avec ses scènes de genre et son Quai aux fleurs, Firmin-Girard abandonne, pour un temps, les bourgeoises parisiennes en tenue à la mode pour s’intéresser à la vie dans les fermes. La même année il expose au Salon Visite à la ferme, grande composition dans laquelle la famille du domaine et ses visiteurs se mêlent aux activités de la ferme. Ces représentations sont aussi pour Firmin-Girard l’occasion de révéler un vrai talent de peintre animalier que l’on peut observer dans le traitement méticuleux des animaux.

Image12

Le repas des volailles

visite ferme

la visite à la ferme

Le troisième tableau présent à Londres est une vue de l’un des quais de Paris Le Quai de la Tournelle, avec en arrière-plan Notre-Dame. 

Après quelques années où il a délaissé son atelier parisien, pour se rapprocher de ses amis paysagistes installés dans la région de Fontainebleau, Firmin-Girard redécouvre, au début des années 1900, Paris et ses quais dont ses représentations, en particulier Le quai aux fleurs, lui ont valu un très grand succès. Il peint à plusieurs reprises les quais de la Seine, dont des reprises du Quai aux fleurs, faisant figurer son fils et sa belle-fille  et plusieurs vues dans lesquelles Notre Dame occupe une place importante. Mais, à la différence des vedutistes, il anime ses représentations de personnages qui s’affairent à leurs occupations.

905L18101_9T72Y

Le quai de la Tournelle

*

La souscription pour la monographie-catalogue raisonné de FIRMIN-GIRARD à paraître à l’automne 2018 est ouverte.

img2016117192431209560

Le Quai aux fleurs

Parution prévue en septembre 2018 Tirage à 1 000 exemplaires Environ 300 pages, plus de 400 illustrations

Auteurs des textes : Patrick Faucheur, arrière-petit-fils du peintre et expert pour sa peinture ; Victoire Baron, chercheur en Histoire de l’Art et Michaël Vottero, docteur en Histoire de l’Art et enseignant à l’École du Louvre

Résumé des chapitres en anglais

Célèbre à son époque, Firmin-Girard est resté méconnu pendant quelques décennies jusqu’à ce que sa peinture réapparaisse en salle des ventes ou lors d’expositions dans des musées d’œuvres acquises de son vivant ou plus récemment. Cette actualité a, fort heureusement, permis de revoir récemment certaines de ses œuvres majeures comme Le Quai aux fleurs de 1876 qui lui valut un très grand succès lors de sa présentation au Salon, mais aussi d’autres aspects de sa palette présents régulièrement sur le marché de l’art comme ses scènes de campagne ou de bords de mer, caractéristiques des années où ayant quitté le Salon officiel, il rejoignit la Société Nationale des Beaux-Arts.

img201510182242835391

Les pêcheuses de crevettes

Très en vogue durant son vivant, en France mais aussi en Angleterre et aux Etats-Unis auprès de collectionneurs avisés, avec ses scènes de genre ou ses vues d’un Paris où la bourgeoisie parée de tenues à la mode se mêle à l’activité des marchés, des halles ou des places, il fut salué par le public des salons, louangé mais aussi critiqué par la presse.

218n08738_636p4

Le carré des halles

Ayant consacré toute sa vie à la peinture et actif presque jusqu’au dernier jour, il laissa plus de six cent œuvres identifiées et connues pour la plupart aujourd’hui. Certaines appartiennent à des musées en France mais aussi un peu partout dans le monde, d’autres sont régulièrement vendues à New York, Paris, Londres ou ailleurs, d’autres enfin sont détenues et prisées par des collectionneurs. Cet intérêt renouvelé, s’il témoigne d’un engouement retrouvé pour ceux que l’on a appelés « les petits maîtres » ne doit pas occulter la redécouverte d’un peintre dont les multiples facettes ont contribué à son succès.

img2016117192431110986

Les verriers d’Incheville

Après la publication d’un ouvrage par l’un de ses petits-enfants Paul Girard, qui s’est livré à un important premier travail d’inventaire, il a paru utile d’accompagner le retour de Firmin-Girard sur la scène artistique des peintres de le seconde moitié du XIXème et du début du XXème siècle par un livre de référence. Il constitue l’aboutissement des travaux de recherche menés par son arrière petit-fils Patrick Faucheur, avec la collaboration d’historiens de l’art, issus notamment de l’école du Louvre, mais aussi tout particulièrement de Victoire Baron. Il a vocation à contribuer aux recherches et études menées par les étudiants et les professionnels de l’histoire de l’art et du marché de l’art mais aussi à documenter les collectionneurs et les amateurs et fournir des informations et des réponses aux questions sur Firmin-Girard et son œuvre.

BUREAU - IMG_1138

Dans les champs

Le livre comprend une partie monographique qui retrace la vie du peintre dans le contexte de son époque, son cursus, ses ambitions et ses choix artistiques, son entourage, son cercle et ses relations, son œuvre au travers des divers courants qui l’ont traversée, la peinture académique, l’impressionnisme, le réalisme, le naturalisme. Il parcourt les thèmes qu’il a traités, de la peinture historique à la représentation de la vie et des métiers dans les régions qu’il affectionna, Paris, les rivages de la Manche, la Haute-Loire.
Une seconde partie se présente sous la forme d’un catalogue raisonné, dans lequel chacune des œuvres connues à ce jour fait l’objet d’une fiche illustrée détaillant ses caractéristiques (date, support, signature, conservation, bibliographie, exposition, vente).

FIRMIN-GIRARD_FR[1821]

COUPON_REPONSE_FR_BAT[1885]

Planned release in September 2018 1 000 copies About 300 pages, more than 400 illustrations

Authors of texts: Patrick Faucheur great grandson of the painter and expert for his painting, Victoire Baron researcher in history of art, Michaël Vottero, doctor in history of art and teacher in the “École du Louvre“

Summary of articles in English

Famous in his time, Firmin-Girard remained unrecognized for a few decades until his painting reappeared in auctions or at exhibitions in museums of works acquired during his lifetime or more recently. This has, fortunately, made it possible to see, recently, some of his major works such as Le Quai aux fleurs of 1876 which was very successful during his presentation at the Salon, but also other aspects of his painting regularly present on the art market as his country scenes or seaside, characteristic of the years when having left the Official Salon, he joined the National Society of Fine Arts. Very popular, during his life, in France but also in England and in the United States among savvy collectors, with its genre scenes or views of a Paris where the bourgeoisie dressed in fashionable clothes mingle with activities of markets, halls or places, he was greeted by the public in the salons, praised but also criticized by the press.

img2016117192431254444

Notre-Dame et les bouquinistes

Having devoted his entire life to painting and active almost until the last day, he left more than six hundred works identified and known for the most part today. Some of them belong to museums in France but also all over the world, others are regularly sold in New York, Paris, London or elsewhere, while others are owned and prized by collectors. This renewed interest, if it shows a craze found for those who have been called “the little masters“ should not obscure the rediscovery of a painter whose many facets have contributed to his success.

jardin-image1-2

Dans le parc 

After the publication of a book by one of his grandchildren Paul Girard, who engaged in a first inventory, it seemed useful to accompany the return of Firmin-Girard on the artistic scene of painters of the second half of the nineteenth century and the beginning of the twentieth century with a reference book. It is the culmination of research conducted by his great-grandson Patrick Faucheur, with the collaboration of art historians from the “École du Louvre“, but also especially Victoire Baron. It aims to contribute to research and studies conducted by students and professionals in the history of art and in the art market but also to document collectors and amateurs and provide information and answers to questions on Firmin-Girard and his work.

img201561195221100469

Le déjeuner sur l’herbe

The book in a first part traces the life of the painter in the context of his time, his studies, his ambitions and artistic choices, his entourage, his circle and his relationships, his work through the various currents that crossed, the academic painting, impressionism, realism, naturalism. He goes through the themes he has treated, from historical painting to the representation of life and crafts in the regions he loved, Paris, the shores of the Manche, the Haute-Loire. A second part is in the form of a catalogue raisonné, in which each of the works known to date is the subject of an illustrated sheet and detailing its characteristics (date, support, signature, conservation, bibliography, exhibition, sale).

FIRMIN-GIRARD_UK[1822]

COUPON_REPONSE_UK_BAT[1882]

*

Vendu le 3 mars 2018 à Lyon chez De Baecque & Associés un intéressant tableau de FIRMIN-GIRARD, méconnu jusqu’à récemment, représentant un pique-nique familial dans le bois de pins des dunes de Brighton, à proximité de Cayeux sur mer.

thumbnail pique nique

huile sur panneau, 29cm x 39cm, circa 1880

FIRMIN-GIRARD qui passait l’été dans sa villa d’Onival, se joignait à sa famille et à ses amis pour pique-niquer en bord de mer. Dans ce tableau, peint sur le motif, il représente la scène dans le bois de pins des dunes de Brighton, comme on peut le voir sur la photo.

BUREAU - IMG_1098

*

Trois tableaux de FIRMIN-GIRARD vendus chez Sotheby’s New-York lors de deux ventes le 21 novembre 2017, art européen (lots 31, 56) et collection John F. Eulich (lot 102)

http://www.sothebys.com/en/auctions/2017/european-art-n09940.html

bas-meudon

Le dimanche au Bas-Meudon (1881)

http://www.sothebys.com/en/news-video/slideshows/2016/marie-francois-firmin-girard-le-dimanche-au-bas-meudon.html

H0046-L130017580

Noces au XVIIIème siècle (1879)

Vente collection John F. Eulich

http://www.sothebys.com/en/auctions/2017/art-treasures-of-america-collection-john-f-eulich-n09973.html

H0046-L131033031

Femme cousant dans un jardin

***

Vente chez CHRISTIE’S New York le 23 mai 2017, Art Européen du 19ème siècle, du tableau de FIRMIN-GIRARD Portrait de la Baronne Vital de Rochetaillée (tableau exposé au Salon de 1875)

baronne

 

***

Vendu chez Sotheby’s New York le 27 janvier 2017, Art Européen du 19ème siècle, le tableau de FIRMIN-GIRARD Enfants près du bassin

http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2017master-paintings-19th-century-european-n09600/lot.539.html

jardin 3 Image1 (2)

***

Le tableau de FIRMIN-GIRARD  Orphée aux Enfers, épreuve pour le prix de Rome de 1865, donné par l’Etat au musée Paul-Dini de Villefranche sur Saône a été récemment exposé au musée dans le cadre de l’exposition Tentations, l’appel des sens (1830-1914).

orphée Image1 (2)

Musée Paul-Dini, musée municipal de Villefranche-sur-Saône, 2 place Faubert

musée.pauldini@Villefranche.net         facebook.com/musee.municipalpaul.dini

***

FIRMIN-GIRARD à la Foire de Maastricht (TEFAF) du 10 au 19 mars 2017

La Galerie BERKO de Knokke-Heist (Belgique) présente Cueillant des roses dans un parc

femme parc

Cueillant des roses dans un parc a été peint par FIRMIN-GIRARD dans les années 1880, à l’époque où délaissant son atelier parisien, le peintre s’installe à Farcy-les-lys, un village en bord de Seine, à proximité de Fontainebleau où il retrouve ses amis installés à Barbizon et Marlotte. Il peint de nombreuses toiles représentant des femmes et des enfants dans différents parcs, dont celui de la famille de Sansal, célèbre pour ses roses. Cueillant des roses dans un parc est une de ces toiles.

***

Le tableau Les convalescents de FIRMIN-GIRARD est actuellement exposé au Musée des Augustins de Toulouse dans le cadre de son exposition « Fenêtres sur cour »

the-convalescents-1861-oil-on-canvas-marie-francois-firmin-girard

Le Musée des Augustins de Toulouse présente jusqu’au 17 avril 2017 « Fenêtres sur cour » première exposition sur le thème des cours intérieures qui abondent dans la peinture d’architecture et de paysage. L’exposition rassemble quatre-vingt-dix peintures du XVIème au XXème siècle provenant de collections publiques et privées, françaises et internationales. Parmi les œuvres en particulier d’Hubert Robert, de Corot, de Boudin ou de Bonnard, figure le tableau de FIRMIN-GIRARD, propriété du Musée du Louvre et conservé au Musée d’Orsay.

Les convalescents peint par FIRMIN-GIRARD en 1861 fut sa deuxième toile exposée au Salon des Artistes Français. Le tableau représente la cour d’un hôpital où se retrouvent des blessés de la guerre de Crimée en convalescence. 

Musée des Augustins, 21 rue de Metz, 31000 Toulouse, www.augustins.org

www.en-attendant-nadeau.fr>2017/02/14

www.latribunedelart.com>fenetres-sur-cour

www.lecurieuxdesarts.fr>2017>01>30

***

%d blogueurs aiment cette page :