FIRMIN-GIRARD paysagiste

Ses camarades de l’atelier Gleyre l’avaient surnommé « le dernier des paysagistes ». Firmin-Girard a découvert le paysage à Barbizon, à la suite des  peintres, les Corot, Millet, Diaz, Théodore Rousseau, Jules Breton qui ont fréquenté, les premiers, cette région de Fontainebleau dès les années 1820.

 Tandis qu’il étudie dans l’atelier Gleyre et à l’Ecole des Beaux-Arts et se prépare au concours de Rome, ses amis, en particulier Jules Le Cœur, l’entraînent peindre sur le motif la forêt de Fontainebleau et ses environs. Firmin-Girard au coté de ceux que l’on nommera, quelques années plus tard, les impressionnistes, découvre la peinture de plein air. Il peint des après-midi entiers des pochades qu’il ramène le soir et accroche sur les murs de l’auberge Ganne où il réside. Il s’émancipe progressivement de la figuration classique à laquelle il s’était consacré jusqu’alors.

img201611520546382242

Sous-bois dans la forêt de Fontainebleau

 

img20161152026909816

La cour arrière de l’auberge Ganne

 

Cette initiation à la peinture de paysage témoigne déjà d’une grande maîtrise de la représentation de la nature et des paysages qu’il confortera au fil des années.

Son goût pour le paysage le suivra tout au long de sa carrière. Nombreuses seront ses toiles des divers lieux qu’il  a fréquentés qu’il s’agisse, notamment, de la région de Charlieu dans la Loire, avec par exemple ses diverses représentations des bords du Sornin ou des falaises et du littoral de la Manche.

gardienne d'oies Image1

La gardienne d’oies

granville

La plage de Granville

A Paris, Firmin-Girard fréquente les cercles et les dîners où se retrouvent les peintres de paysages, Prosper Galerne, Antoine Guillemet, Paul Vayson, Paul Sain, notamment. On les voit les soirs d’été à « la pêche miraculeuse » sur les bords de la Seine au Bas-Meudon, dont il fait une peinture. Son amitié avec Armand Charnay qui s’était fait construire une maison à Marlotte à proximité de Barbizon  lui donne l’occasion de revenir peindre les paysages de cette région, mais aussi de peindre à ses cotés, en particulier lors de séjours à Charlieu.

Jusqu’à la fin de sa vie Firmin-Girard conservera cet attrait pour la peinture de paysage, qu’il agrémente parfois de personnages ou d’animaux.

Fine Art - Painting, European:Modern  (1900 1949)  , Marie François Firmin-Girard (French, 1838-1921). Leremorqueur. Oil on canvas. 18-1/8 x 24 inches (46.0 x 61.0 cm).Sig...

Le remorqueur © Heritage Auctions, Dallas, Texas

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :