Sur les quais

sur les quais

La bouquetière, 1872

Signée et datée en bas à droite

Huile sur toile, 69,8 x 93,9 cm

Provenance:

  • collection privée, Etats-unis
  • Christie’s New-York, 22 avril 2004, lot 148
  • Christie’s New-York, 29 avril 2013, lot 27, vendue sous le titre The flower seller on the Pont Royal with the Louvre beyond, Paris

Lorsqu’au salon de 1872, Firmin-Girard présente sa Marchande de fleurs, les critiques saluent la marchande et ses fleurs « peinture savoureuse, vigoureuse et croustillante » mais elles ironisent sur le mur « repoussoir » qui lui sert de fond.

IMG201621420036637793

Marchande de fleurs, Le Monde illustré, 6 juillet 1872

La revue artistique et littéraire en fait un poème:

Il est hélas mainte fenêtre

Dans les ruelles aux murs noirs

Où jamais soleil ne pénètre

Close aux parfums, sourd aux espoirs

Mais partout, jusqu’au dernier bouge

Roule en dépit du pavé gras

Le beau Printemps, bleu, jaune et rouge

Sur l’étroite charrette à bras

Sensible à la critique, Firmin-Girard, représente, quelques mois plus tard, dans une autre toile, sa marchande de fleurs sur les quais de la Seine, à l’entrée du Pont Royal, avec en arrière plan le Louvre et l’ancien pont du Carrousel. En fait il la met en scène dans une autre toile qu’il a peinte auparavant et qui est la première d’une longue série de vues de Paris et notamment de ses quais .

Image1quai

Le Pont Royal, la Seine et le Louvre, 1872  © Waterhouse & Dodd

%d blogueurs aiment cette page :