La reconnaisance et les succès

 

Image1

Après les troubles de la Commune de Paris, Firmin-Girard est démobilisé de la Garde Nationale Mobile. Fatigué par ces années difficiles, il est invité à Charlieu dans la Loire par son ami Armand Charnay pour reprendre des forces. Lors de son séjour, il rencontre celle qui deviendra son épouse, Sabine Andriot. De retour à Paris il s’installe dans un atelier au 7  boulevard de Clichy, là où se trouvait les ateliers de la Maison Deforge et Carpentier fabricant de toiles à peindre et de couleurs. Il voisine avec l’un de ses maîtres Jean-Léon Gérôme qui habite un hôtel particulier au 65 ou encore avec James Abbot Mac Neill Whistler qu’il a  croisé dans l’atelier Gleyre et qui réside au 18 du boulevard. Il retrouve ses amis peintres au cabaret des quatz-arts au 62.

IMG201621317133350512

Cabaret des Quat’z’Arts, 62 Boulevard de Clichy

S’ouvre alors une période heureuse en famille au sein de laquelle deux enfants naîtront. Sa peinture en sera le reflet. Il peint de nombreuses scènes familiales, certaines en costume historique, d’autres plus intimes, peintures qui connaîtront un certain succès au Salon. les commandes arrivent, notamment par l’intermédiaire de son marchand Goupil puis Knoedler. Les collectionneurs américains attirés par le charme qui se dégage de ces scènes et des personnages avec leurs costumes historiques ou d’époque lui achètent ses tableaux. Il est aussi sensible aux mouvements du moment, notamment, le japonisme. Il réalise aussi quelques toiles orientalistes. Puis ce sera son grand succès avec le Quai aux fleurs, un peu malmené par quelques critiques dont Zola. Ses sujets de prédilection restent, la peinture de genre et en particulier, les femmes dans des jardins ou la campagne.

Ses succès lui apportent une certaine aisance qui va lui permettre de se faire construire une villa avec un atelier dominant la mer du haut des falaises d’Ault-Onival qu’il vient de découvrir et où il passe une partie de l’été. De nombreuses toiles représenteront les paysages de cette région.

IMG201561013225687426

Onival: prairie et villa

Tout en conservant son atelier du boulevard de Clichy, Firmin-Girard loue une maison à Farcy-les-lys pour se rapprocher de ses amis, en particulier Armand Charnay qui s’est installé à Marlotte.

Il participe tous les ans au Salon où ses toiles sont remarquées par le public et les critiques et il est présent à l’Exposition universelle de 1878 où il expose son Quai aux fleurs et à celle de 1889.

Ses amis peintres, sous l’impulsion de Puvis de Chavannes, interviennent auprès du ministre des Beaux-Arts pour qu’il soit décoré de la légion d’honneur, amis qu’il suivra lors de la création de la Société Nationale des Beaux-Arts pour se démarquer du Salon des artistes français jugé trop conformiste.

IMG2016213164422182970

%d blogueurs aiment cette page :