Troisième tentative pour le Prix de Rome

Image5

© Musée Chintreuil

Joseph se fait reconnaître par ses frères, 1863

Huile sur toile, 114 x 145 cm

Conservation: Musée de Chintreuil, Pont de Vaux

Provenance: acquisition en 1998 avec l’aide de l’Etat, de la région Rhône-Alpes (FRAM) et de la Communauté de communes du canton de Pont de Vaux

Concours du prix de Rome 1863, grande médaille d’émulation

Bibliographie:

  • « La Chronique des arts. Principales acquisitions de musées en 1998 » Gazette des Beaux-arts, mars 1999, p.1-29 (ill.89, p.23)
  • Riboreau Brigitte, Revue du Louvre, n°3, juin 1999

Second grand prix lors de sa première tentative du prix de Rome, Firmin-Girard n’entend pas en rester là et concourt de nouveau en 1862, puis l’année suivante, mais sans obtenir le grand prix escompté. Cette année-là, il est récompensé par la médaille d’émulation.

On pourrait reconnaître dans ce grand prix le passage du roman des frères Goncourt Manette Salomon écrit quelques années après et dans lequel ils évoquent le concours du prix de Rome. Parlant de celui qui était pressenti mais qui n’obtint pas le prix, ils commentaient ainsi son attribution:

« c’était un fait trop flagrant que le prix de Rome venait d’être, encore une fois, donné non au talent et à la promesse de l’avenir, mais à l’application, à l’assiduité, aux bonnes mœurs du travail, au bon élève rangé et borné. »

Firmin-Girard tenta encore à deux reprises, puis il abandonna. A-t-il eu la chance comme Fagerolles dans l’œuvre de Zola, de rater le prix de Rome ? Les années qui vont suivre le diront.

%d blogueurs aiment cette page :